Créer des simulations d’entretien professionnels avec VTS

Aujourd’hui, présentation d’un outil de création de serious game, à savoir VTS (Virtual Training Suite) qui permet de créer des simulations d’entretiens professionnels en 3D.

J’ai eu l’occasion de découvrir cet outil en travaillant sur le projet Open Business Labs, dont j’ai déjà parlé un peu ici. Dans le cadre de ce projet, il nous fallait un outil permettant de créer des simulations d’entretiens commerciaux. Notre choix s’est donc porté sur VTS, édité par la société Serious Factory. Je vais le présenter ici dans les grandes lignes, de mon point de vue d’intégrateur multimédia et de concepteur pédagogique.

Le concept

Une simulation est un entretien entre le joueur et un ou plusieurs personnages. Le joueur joue à la première personne, l’interlocuteur parle, puis le joueur répond. Il doit choisir parmi des questions ouvertes ou fermées ce qu’il va dire à son/ses interlocuteurs.

Tous les personnages et les décors sont en 3D, donnant vraiment un air pro et très réaliste aux simulations créées. C’est un des critères qui a guidé notre choix vers VTS.

La création de jeux

Chaque simulation est découpée en une ou plusieurs scènes, auxquelles on associe un décor et un ou des personnages. On choisi dans la banque de décors et de personnage proposés, ce qui peut être limitant selon le sujet traité… Cela dit, il est possible d’acheter d’autres des décors et personnages supplémentaires en complément. On espère que la possibilité d’ajouter ses propres décors sera à l’ordre du jour des améliorations du logiciel à un moment donné.

Une fois choisi notre décor et nos personnages, on commence la mise en place de notre scène. On entre dans la scène, et on va mettre en place le dialogue en ajoutant des “blocs”, qui seront autant d’interactions différentes. On peux choisir pour nos blocs entre différentes actions à notre disposition :

  • des blocs d’informations permettant d’afficher des messages à l’écran, de jouer une vidéo, un son, de changer l’humeur d’un personnage
  • des blocs d’interactions permettant de faire parler le personnage (et choisir aussi l’expression associée à ce qu’il est en train de dire), proposer un choix au joueur…
  • des blocs utilitaires permettant de compliquer la scénarisation et de la rendre interactive : incrémenter un conteur, mettre à jour un score, connecter la scène à une autre scène ou un bloc à un autre bloc, définir une variable comme vraie ou fausse (Flag)…

La scénarisation avancée

Les blocs utilitaires rendent vraiment le jeu plus interactif et permettent de créer des scénarios plus avancés dans lesquels les choix du joueurs auront vraiment une incidence. Cela dit, on est vite limités par le fait que les seules variables qu’on peut mettre en mémoire, les flags, soient des booléens vrai/faux.

En effet, on ne peux pas enregistrer le choix d’un joueur, un nombre ou une chaîne de caractères. Par exemple, si je fais choisir à mon joueur son âge au début de la partie (dans un QCM), je ne pourrais pas mémoriser ce choix de façon directe si je veux voir cette info revenir plus tard dans le jeu. Il faudra que j’ajoute un compteur vrai/faux pour chacun des âges proposés et que je repasse en revue plus tard tous les flag pour savoir lequel est à vrai et savoir quel âge mon joueur avait choisi.

Cela peut sembler facile sur un exemple simple, mais, cela devient vite plus complexe s’il y a plusieurs choix qui s’enchaînent. Sur le projet Open Business Labs, un des jeux créé demande au joueur, en fin d’entretien, de choisir une date de démarrage de projet, puis les compétences techniques qui y seront mis en jeu, et enfin, le nombre de jours de travail sur chacune des compétences… On imagine la complexité du scénario derrière…

L’interface de l’outil

L’interface de VTS est très facile de prise en main. Le premier niveau, est celui des scènes, représentées chacune par des encarts, les encarts étant reliés entre eux visuellement s’ils sont connectés dans le scénarios.

Le deuxième niveau est celui des blocs. De la même manière, les blocs sont reliés entre eux s’ils sont connectés dans le scénario et que le joueur peut passer de l’un à l’autre. Si un bloc, propose plusieurs choix de “sortie” au joueur via un QCM, alors ces différentes connexions seront représentées. Apparaissent aussi les flags, les compteurs…

Le troisième et dernier niveau est celui du bloc. C’est là qu’on choisit et qu’on paramètre nos actions : QCM, changement d’attitude de l’interlocuteur, dialogue… Pour le dialogue, il suffit de taper ce que le personnage va dire, et, pendant le jeu une bulle avec la réplique apparaîtra. Réplique à laquelle on peut associer un changement d’attitude (soit un choix de 3 niveaux d’intensité parmi plusieurs émotions : colère, étonnement, joie…).

Pour les voix-off, qui sont jouées quand la réplique apparaît, on peut les enregistrer nous-mêmes, ou bien, utiliser l’outil de génération de voix-off intégré, à savoir Virtual Speaker, édité par Acapella.

Conclusion

VTS génère des simulations d’entretiens vraiment pros avec un rendu très réaliste, ce qui saute aux yeux en premier quand on découvre le logiciel. Le gros plus d’après moi est l’interface de développement, qui est vraiment efficace et intuitive. On peut créer des scénarios interactifs sans difficultés.

Néanmoins, en tant que concepteur pédagogique, on atteint vite les limites du logiciel s’il on veut créer un jeu avec des choix plus complexes proposés aux joueurs. On notera aussi que le nombre de décors et de personnages dispo de base est assez limité, malgré la possibilité d’en acheter d’autres.

 

 

Archives