Aujourd’hui, petit point sur la conception de module de formation en ligne pour le mobile, ou mobile learning.

On parle donc ici de modules de formation en ligne conçus et réalisé pour un apprentissage sur mobile, téléphone intelligent ou tablette. Penchons-nous sur les différences notables par rapport à une conception plus « classique », pour un visionnement sur ordinateur : contexte d’apprentissage, interface graphique et navigation, activités utilisées, logiciels disponibles…

Contexte d’apprentissage

Le contexte d’apprentissage sur mobile est très différent. L’apprenant n’est pas posé tranquillement devant son ordinateur.

L’apprentissage se fera probablement plus en déplacement, dans un endroit inhabituel, durant un transport… Un endroit où l’attention peut-être facilement détournée et/ou la durée dont l’apprenant dispose pour se concentrer sera peut-être plus courte.

Qui dit temps d’attention plus court, dit temps d’apprentissage adapté. On privilégiera donc sur mobile des modules plus courts, quelques minutes maximum.

Interface graphique

Également, sur mobile, l’écran est plus petit et la navigation se fait en tactile. Il faut prendre ces paramètres en compte dans la conception de l’interface de la formation.

On veut que tous nos éléments soient bien visibles et donc les boutons, zones interactives devront être claires, facilement cliquables, même sur de petits écrans. Sur tablette ce point pourrait être moins bloquant dans la mesure où certaines tablettes ont des écrans assez grands.

Les textes devront également être bien lisibles, écris assez gros. De plus, comme c’est plus dur de lire de long textes sur de petits écrans, il importera d’éviter les textes trop longs, trop fastidieux à lire sur un écran de téléphone.

Navigation

On veut qu’il soit facile de naviguer dans notre module et donc le menu doit être facilement accessible.

Par contre, il ne doit pas prendre trop de place à l’écran car on veut le maximum d’espace disponible pour notre contenu. On pourra opter pour un menu qui apparaît au clic sur un bouton, comme dans la plupart des sites internet dont le design est adaptatif.

Activités utilisées

On ne pourra pas raisonnablement utiliser toutes les interactions et mécanismes utilisées d’habitude sur des modules prévus pour un visionnement sur ordinateur.

Par exemple, impossible de faire des simulations d’applications, qui demandent des visuels de grandes tailles pour être lisibles.

Comme on veut éviter les écrans trop chargés, on évitera les QCM à rallonge avec 15 choix possibles. Les activités de glisser-déposer sont également plus difficiles à mettre en place.

D’un autre côté, les interactions de découverte au clic ou au glissement marchent bien : onglets en accordéon, carrousel, flipcards, etc. Car ils permettent d’alléger l’écran en faisant apparaître le contenu par petits séquence.

On peut mettre du son ou des vidéos, qui marchent bien puisqu’on peut les afficher en plein écran à la demande, mais bien préciser à l’apprenant de mettre ses écouteurs.

Logiciels disponibles

Comme on doit concevoir mos modules différemment sur mobile, on évitera les logiciels comme Articulate Storyline et Adobe Captivate, qui sont fait pour créer des contenus pour ordinateurs.

Ils proposent théoriquement une publication en version mobile, mais en réalité le contenu du module ne s’adapte pas à l’écran, il est simplement redimensionné. On obtient alors des visuels, des textes et des boutons trop petits pour être lisibles.

On se tournera alors vers des logiciels comme Articulate Rise, Elucidat ou encore Adapt Learning, qui sont fait pour la création de modules elearning au design responsif, c’est-à-dire lisible sur tous supports (ordinateur, tablette, téléphone).

Ils fonctionnent comme des bibliothèques d’activités parmi lesquelles on choisit pour développer nos modules. Cela rend la conception et la réalisation très rapide, puisqu’on pioche simplement dans la bibliothèque au lieu de concevoir de zéro.

L’inconvénient par contre est que l’on doit se conformer aux modèles proposés, avec peu ou pas de possibilités de personnalisation graphiques et fonctionnelles.

Il faut savoir qu’Elucidat est plus souple que Rise au niveau personnalisation graphique. De son côté, Adapt Learning, comme il est disponible en open-source, permet de modifier le code et donc de modifier les templates graphiques à volonté et de créer ses propres interactions. Si on dispose des ressources nécessaires évidemment.

Conclusion

De plus en plus, les dispositifs de formations en ligne s’adaptent à la contrainte du mobile en proposant des contenus adaptés. Mais c’est aussi une opportunité de donner aux apprenants plus de souplesse et de variété dans leurs supports de formations.

L’industrie a suivi et des logiciels adaptés spécifiquement au mobile existent, sont de plus en plus avancés, et surtout très efficaces quand vient le temps de la réalisation.

En tant que concepteur pédagogique, technopédagogue, intégrateur elearning ou web, c’est notre travail de participer aussi au développement de ce nouveau support.

Archives